logo cahiers realisme

Numéro 10, Septembre 2016

Notes sur le processus de mise en place d’une plateforme de santé mobile: design, défis et perspectives à venir

numero-10-septembre2016_page_01
Auteurs:

  • Hamidou Sanou, Etudiant en Master II de Sociologie, option développement Social à l’Université Catholique de L’Afrique de l’Ouest (UCAO). Sociologue au Centre de Recherche en Santé de Nouna, BP 02, Burkina Faso.
  • Maurice Yé, MD, MPH, Candidat PhD à l’Université de Heidelberg/Allemagne. Chef de service Recherche Formation et Communication Centre de Recherche en Santé de Nouna, Burkina Faso. Auteur correspondant : moc.l1544512674iamg@1544512674eciru1544512674amey1544512674
  • Vincent Duclos, PHD, Université MacGill, Montreal, Canada
  • Moubassira Kagoné, candidat PhD, à l’Université de Heidelberg/Allemagne. Socioanthropologue, Msc Assistant de recherche Centre de Recherche en Santé de Nouna.
  • Bicaba Brice, MD, Direction de la lutte contre la Maladie du Ministère de la santé.
  • Idriss Tinto, ingénieur des réseaux informatiques.
  • Ourohiré Millogo, MD, Centre de Recherche en Santé de Nouna, Burkina Faso.
  • Cheik Bagagnan, Informaticien gestionnaire des bases de données, Centre de Recherche en Santé de Nouna, Burkina Faso.
  • Pascal Zabré, Démographe, chef de service SSDS au Centre de Recherche en Santé de Nouna.
  • Ali Sié, MD, PhD, Directeur du Centre de Recherche en Santé de Nouna, Burkina Faso.
  • Giles Bibeau, PHD, Professeur de socio-anthropologie, Hôpital Sainte Justine de Montréal, Canada.

 

Résumé:

Contexte : Les taux de mortalité maternelle, néonatale et infantile et de morbidité dans les pays à faible revenu restent élevés et représentent la source principale d’iniquité en matière de santé. Pour faire face à ces défis, les technologies de l’information et de la communication (TIC) semblent offrir un potentiel en rapprochant l’information sanitaire des populations. Les projets pilotes de santé-mobile ont démontré, particulièrement dans les pays à faible revenu, qu’ils améliorent l’offre en matière d’information, un accès à distance aux services de santé et facilite la formation continue. Cependant, l’impact de la santé mobile dans les pays à faible revenu demeure relativement peu étudié. Selon l’OMS, dans un monde numérique, la cybersanté constitue une option fort intéressante pour les pays en développement. La présente étude décrit le processus de développement d’une plateforme santé mobile, les défis liés à sa mise en oeuvre et sa contribution pour l’amélioration des soins de santé maternels, infantiles et ceux des personnes vivant avec le VIH.
Méthodes : Il s’agit d’une étude descriptive transversale de mi-parcours du processus de développement de la plateforme santé-mobile mais également du processus de suiviévaluation du projet après 24 mois de mise en oeuvre. Elle s’inscrit dans le cadre global d’une recherche interventionnelle avec un bras d’intervention dans 5 CSPS comparé à un bras control dans 5 autres CSPS choisis de façon aléatoire dans les 18 CSPS de l’observatoire de surveillance démographique et de santé de Nouna. L’intervention a consisté à doter des relais communautaires de téléphones mobiles d’une part pour recevoir des messages de rappels des rendez-vous de visite et d’autre part l’équipement des CSPS d’ordinateurs portables équipés de logiciel d’enregistrement des données. L’ensemble de la technologie constitue une plateforme interactive vocale qui interconnecte les CSPS, les relais communautaires avec un server centralisé de gestion des clients et de rappels automatisés des rendez-vous de consultation.
Résultats : Sur le plan de l’innovation technologique, le projet santé-mobile a été développé à partir de logiciel libre dont la plateforme est axée sur un système de communication interactive (IVR) basée sur les technologies mobiles d’un fournisseur national. Un système interactif vocal et de rappel automatisé des rendez-vous de consultation a été conçu en s’inspirant des directives et algorithmes de suivi des femmes enceintes, des enfants et des PVVIH validés par le Ministère de la santé du Burkina Faso. D’autres applications développées et déployées comprennent un module de gestion des patients installés dans des centres de santé dotés d’ordinateurs, un système interactif vocal de gestion des patients et de rappel des dates de visites. Des défis ont néanmoins été notés parmi lesquels le faible débit de connexion internet pour la synchronisation des données ; les dommages de plus de 65% des téléphones et 21% des systèmes de recharge solaire.
Conclusion : La contribution de la santé-mobile de nos jours à l’accès à l’information sanitaire est indéniable. Toutefois, il convient d’intégrer les défis liés à cette technologie au début d’un éventuel projet.

 

Mots-clé : Santé-mobile, mHealth, cybersanté, Nouna, Burkina Faso.

Télécharger l’article complet

Retour vers la collection complète des Cahiers REALISME