Le financement basé sur les résultats en santé maternelle et infantile et équité au Mali et au Burkina Faso

Comment intégrer les enjeux d’équité – et notamment garantir l’accès aux soins pour les indigents – au sein d’une nouvelle politique de financement de la santé en Afrique ? Le présent programme de recherche, mis en œuvre par les ONG de recherche Miseli (basée au Mali) et Agir (basée au Burkina Faso) en partenariat avec la Chaire REALISME (Montréal), tente de répondre à cette question cruciale.

Ce programme vise à analyser la mise en œuvre de programmes pilotes de financement basé sur les résultats (FBR) permettant ainsi de générer de nouvelles données probantes. Ayant pour objectif d’améliorer la quantité et la qualité des soins de santé maternelle et infantile, le FBR fait en effet l’objet de nombreux débats compte tenu du manque d’évaluations rigoureuses.

Les deux pays dans lesquels sont menées ces recherches connaissent une extension progressive du FBR. C’est précisément cette extension qui fait l’objet de la présente recherche.

Au Burkina Faso, à la suite d’un projet de FBR pré-pilote mis en œuvre dans trois districts, une extension a démarré fin 2013 dans 12 districts supplémentaires. Dans 10 districts, l’extension du FBR est associée à la prise en charge des indigents qui vont bénéficier d’une exemption du paiement des soins financée par la Banque Mondiale. Ce dispositif constitue une première en Afrique de l’Ouest.

Quant au Mali, un pré-pilote a été mise en œuvre dans trois districts de la région de Koulikoro durant 16 mois et s’est terminé début 2014. Un programme d’extension du FBR à 10 districts de cette région, financé par la Banque Mondiale, est prévu pour début 2016. La manière dont l’extension tiendra compte des dispositifs en place en faveur de la prise en charge des indigents fait aussi l’objet de ces recherches.

FBR au mali et burkinaL’atelier de démarrage du programme de recherche associé à une formation au transfert des connaissances a eu lieu à Bamako, les 26, 27 et 28 janvier 2016. Réunissant chercheurs, décideurs, professionnels de santé et gestionnaires, cet atelier a été l’occasion de discuter des données probantes disponibles sur les trois thèmes phares du programme : le FBR, l’équité en santé et le transfert des connaissances.

Les présentations des chercheurs principaux du programme de recherche (Laurence Touré, Abdourahmane Coulibaly, Valéry Ridde), des décideurs et chercheurs associés à ces recherches (Philippe Compaoré, Aloys Zongo, Paul-André Somé), et des étudiants (Lara Gautier, Mathieu Seppey) ont été suivies de nombreuses discussions avec les différents participants. La question du transfert des connaissances, abordée par Christian Dagenais, a nourri de riches débats, notamment autour de la manière d’améliorer l’utilisation de la recherche par les décideurs en Afrique. Des stratégies telles que l’implication des décideurs du début à la fin de la recherche, et la formulation de recommandations simples et claires ont émergé des discussions.

Dans le cadre de cet atelier de lancement, quatre notes de politique ont été produites par l’équipe de recherche:

 

Pour plus d’informations, contacter :
Lara Gautier
ESPUM/IRSPUM, Université de Montréal, Montréal QC, Canada
ac.la1498429715ertno1498429715mu@re1498429715ituag1498429715.aral1498429715

 

 

Les présentations données lors de l’Atelier de démarrage du programme de recherche: