Cahiers REALISME – Num. 7, Mai 2016

logo cahiers realisme

Numéro 7, Mai 2016

Apport potentiel de l’Assurance Maladie Universelle face à l’exposition aux risques de santé au Burkina Faso : une étude en méthode mixte

Cahiers realisme Numero 7 - Mai20161
Auteurs:

  • Isabelle Agier, PhD – Institut de Recherche en Santé Publique de l’Université de Montréal, (IRSPUM), Montréal, Canada. Correspondance:
  • Sylvie Zongo, PhD – Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (INSS/CNRST), Ouagadougou, Burkina Faso.
  • Kadidiatou Kadio, M. Sc. – Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS/CNRST), Ouagadougou, Burkina Faso.
  • Antarou Ly, M. Sc. – Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS/CNRST), Ouagadougou, Burkina Faso.
  • Seni Kouanda, PhD – Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS/CNRST), Ouagadougou, Burkina Faso
  • Valéry Ridde, PhD – Institut de Recherche en Santé Publique de l’Université de Montréal, (IRSPUM), École de Santé Publique de l’Université de Montréal (ESPUM), Montréal, Canada.

 

Résumé:

Introduction: Les aléas financiers auxquels font face les ménages en Afrique de l’Ouest impliquent des dépenses importantes au niveau de la santé, mais également dans d’autres domaines. Une loi instituant le régime d’assurance maladie universelle a été voté en 2015 au Burkina Faso. Cet article montre comment la mise en place de cette Assurance Maladie Universelle (AMU) peut permettre de réduire l’incertitude qui pèse sur les finances des ménages et, par extension, offrir une protection financière aux plus vulnérables.
Méthodes: Nous adoptons un devis mixte de type exploratoire séquentiel (Qual QUANT) et appliquons les critères de Mixed Methods Appraisal Tool (MMAT). Dans une première étape qualitative, des entretiens avec les responsables de services financiers destinés aux ménages et des groupes de discussion les ménages, nous ont permis de développer les outils de mesure (scénarios, mises en situations, …) nécessaires à l’appréhension des concepts étudiés par le biais de l’expression de situation quotidienne où ils sont mis en pratique ainsi que par des mises en situation hypothétiques. La seconde étape a consisté à quantifier i) l’exposition à chaque type de risque, ii) les stratégies pour y faire face a priori et iii) celles a posteriori, et collecter le profil des répondants. Pour chacune des thématiques, les résultats quantitatifs et qualitatifs sont présentés de façon intégrée. Une description qualitative aborde en profondeur la thématique considérée, puis une quantification du phénomène est présentée sous forme d’une régression afin d’analyser les effets des aléas subits par les ménages par le prisme de l’équité.
Résultats: L’AMU peut réduire l’incertitude d’abord de façon directe car la santé est le type d’imprévu le plus important auquel font face les ménages. Ensuite parce que les stratégies de gestion a priori des imprévus (épargne en animaux ou de vivres) sont également soumises à des incertitudes (perte ou vol) en particulier pour les ménages ruraux et les plus modestes. Enfin, les stratégies de gestion a posteriori (emprunts ou dons) soumettent les plus modestes à une dépendance envers les plus aisées. L’AMU a donc un effet potentiel important en termes d’équité.
Discussion: L’AMU aurait donc un effet sur l’équité en réduisant la double incertitude maladie/épargne non sécurisés qui pèse plus fortement sur les ménages modestes et ruraux, la dépendance des plus vulnérables aux dons ou d’emprunt qui peuvent entrainer un premier retard de recours au soin. Cependant, les défis de mise en œuvre sont de taille, notamment en ce qui concerne la progressivité des contributions et la sensibilisation auprès d’une population faiblement exposée aux outils de protection financière. Une combinaison de plusieurs types de financement semble être inévitable mais requière une attention particulière quant à l’efficacité de la gestion administrative. La coordination des sources de financement doit également inclure les financements internationaux.

 

Mots-clé : Assurance maladie universelle, exposition aux risques, stratégies de gestion des risques, Burkina Faso.

Télécharger l’article complet

Retour vers la collection complète des Cahiers REALISME

Cahiers REALISME – Num. 2, Novembre 2015

logo cahiers realisme

Numéro 2, Novembre 2015

Politiques publiques de santé fondées sur les données probantes en Afrique Aller au-delà des frontières disciplinaires pour répondre aux besoins et aux valeurs des populations

Cahiers realisme Numero 2 - Nov 20151
Auteure:

Kadidiatou Kadio, PhD(c)
Candidate au Doctorat en Sciences humaines appliquées, Université de Montréal, chercheur à l’Institut de Recherche en Science de la Santé du Burkina Faso (IRSS/CNRST).

 

Résumé:

L’élaboration des politiques publiques de santé fondées sur des données probantes est une approche de décisions politiques qui visent à faire en sorte que la prise de décision se base sur les meilleures preuves scientifiques disponibles (Oxman, Lavis, Lewin, & Fretheim, 2009).
La littérature mentionne que cette approche de décisions politiques est promue par les acteurs de la santé mondiale intervenant en Afrique. Ainsi les décideurs impliqués dans la formulation des politiques publiques de santé sont souvent tenus d’adopter des orientations stratégiques en s’appuyant sur des cadres uniques et standard pour espérer obtenir le renouvellement de l’aide au développement (Behague, Tawiah, Rosato, Some, & Morrison, 2009). Ces cadres standards sont souvent inspirés de « preuves internationalement approuvées ». Ce qui implique un non prise en compte des recherches prenantes en compte les spécificités contextuelles et les valeurs des populations considéré comme « peu scientifiques ». La présente communication va se centrer sur un questionnement autour de la notion de preuve scientifique. Comment les cultures disciplinaires en particulier celle dominante en santé (perspective positiviste biomédicale) peuvent influencer la perception de qu’est « une bonne connaissance », jusqu’à imposer une vision hégémonique de miroir du monde qui se manifeste à travers une non reconnaissance de légitimité scientifique des approches de recherches contextualisées.

 

Mots-clé : Interdisciplinarité, épistémologie, formulation de politique, preuve scientifique, Afrique.

Télécharger l’article complet

Retour vers la collection complète des Cahiers REALISME

Cahiers REALISME – Num. 4, Novembre 2015

logo cahiers realisme

Numéro 4, Novembre 2015

La difficile mise en œuvre d’une approche communautaire de sélection des indigents en zone lotie de la ville de Ouagadougou au Burkina Faso

Cahiers realisme Numéro 4 - Nov 20151
Auteurs:

  • Valéry Ridde, Ph.D. – Département de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal; Institut de Recherche en Santé Publique de l’Université de Montréal (IRSPUM); CIRDIS.
  • Clémentine Rossier, Ph.D. – Institut National d’Etudes Démographiques (INED), Université de Genève.
  • Abdramane Soura, Ph.D. -Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) de l’université de Ouagadougou.
  • Bazié Fiacre, assistant de recherche – Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) de l’université de Ouagadougou.
  • Kadidiatou Kadio, Ph.D. (c) -Candidate au Doctorat en Sciences humaines appliquées, Université de Montréal,chercheurà l’Institut de Recherche en Science de la Santé du Burkina Faso (IRSS/CNRST).

 

Résumé:

Au Burkina Faso, les indigents qui utilisent des centres de santé publics sont en principe exemptés du paiement des soins. Des essais ont démontré que le ciblage des indigents à base communautaire est efficace en milieu rural. Cependant, il reste à comprendre comment procéder au ciblage des indigents en ville. Cette recherche vise à évaluer un processus participatif de ciblage des indigents exonérés du coût des soins par le biais d’un fond communautaire dans un quartier formel (loti) et informel (non loti) dans la ville de Ouagadougou. Les résultats montrent que la couverture du ciblage des indigents est très basse : 0.33% (loti) et 0.22% (non loti) des habitants. Dans le quartier non loti, le niveau de pauvreté des individus sélectionnés est plus élevé que le niveau moyen des pauvres non sélectionnés. Par contre, certains indigents sélectionnés dans le quartier loti n’étaient pas parmi les plus démunis. Le processus a été difficile à organiser dans le quartier loti où les habitants se connaissaient moins bien et étaient peu disponibles. En revanche, le processus a bien fonctionné dans le quartier non loti. Le processus de sélection à base communautaire semble être une option pour les quartiers non lotis, mais d’autres stratégies doivent être conçues pour les quartiers lotis.

Mots-clé : ciblage, à base communautaire, indigents, Burkina Faso, equité.

Télécharger l’article complet

Retour vers la collection complète des Cahiers REALISME

Kadidiatou Kadio

Logo_REALISME_201505

Kadidiatou KadioKadidiatou Kadio, M. Sc., Ph.D(c).

Doctorante en science humaine appliquée (SHA) à l’Université de Montréal.

E-mail: ,

twitter-icon-png-13 @kadikadio            LinkedIn_logo_initials Son profil LinkedIn

Kadidiatou Kadio est candidate au doctorat en science humaine appliquée (SHA) à la faculté des arts et sciences de l’Université de Montréal. Elle est titulaire d’un Master en Population et Santé de l’Institut Supérieur des Sciences et de la Population (ISSP/Ouagadougou) et d’une Maitrise en psychologie de l’Université de Ouagadougou/ Burkina Faso. Depuis 2012 Kadidiatou est Ingénieur de Recherche à l’Institut de Recherche en Science de la Santé du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (IRSS/CNRST) au Burkina Faso. Elle dispose d’une expérience professionnelle en coordination et mise en œuvre de projet de recherche, en coordination et mise en œuvre de projet de développement. Kadidiatou a coordonné la mise en œuvre d’une recherche-action sur l’accès aux soins de santé pour les indigents au Burkina Faso (2010-2013), et occupé le poste de chargée de projet à l’ONG initiative privée et communautaire contre le VIH/Sida au Burkina Faso (2008-2010). Ses intérêts de recherche portent sur les questions de protection sociale, l’analyse des politiques et des systèmes de santé, les inégalités et l’exclusion sociale, l’accès aux soins des populations, l’équité, le renforcement du pouvoir d’agir, le partage et l’utilisation de connaissances. Elle est Boursière de la chaire RÉALISME et membre de l’équipe de recherche sur le transfert de connaissances RENARD de l’Université de Montréal. Sa thèse porte sur l’analyse de l’émergence et de la formulation de la politique de protection au Burkina Faso. Vidéo: La thèse de Kadidiatou présentée en 180 secondes Ses travaux: [zotpress author=”Kadio” sortby=”year” download=”yes” title=”yes”]

Contacts:

Linda François, coordonnatrice

+1 – 514­ – 995 – 2403

Pavillon 7101 Avenue Du Parc
Local 3079
C.P.6128, succ. Centre-ville
Montréal, (Québec) H3C 3J7
Mail